Icon section
separator

Bibliothèque municipale de Grenoble

Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine
Bibliothèque municipale

Présentation

Une fondation originale

La Bibliothèque municipale de Grenoble fut fondée en 1772 après la mort de l’évêque Mgr de Caulet avec l’achat par souscription publique des 34.000 volumes de sa collection. Ce noyau initial comporte de précieux manuscrits médiévaux : livres d’heures, Le Champion des Dames de Martin Le Franc, Poésies de Charles d’Orléans, Métaphysique d’Aristote… De nombreux dons suivirent, notamment de l’abbaye de Saint-Antoine.

Des fonds riches et variés

Les confiscations révolutionnaires enrichirent ce fonds des bibliothèques des couvents environnants : Oratoriens, Prêcheurs et surtout, Grande Chartreuse. Il en vint plus de 3.500 imprimés et manuscrits : 43 bibles dont une contemporaine de saint Bruno, plusieurs centaines d’incunables dont un Catholicon de Jean de Gênes (1460) et un unicum, la Danse macabre (1485).

Riche d’environ 200.000 imprimés et 10.000 manuscrits, le fonds ancien général comprend des axes forts : littérature du XVIe au XVIIIe s. (classiques, théâtre, mazarinades), récits de voyages, livres de géographie, droit et théologie, de jeux (dames, cartes, échecs), partitions et manuscrits musicaux. Signalons aussi 1.500 titres de périodiques, dont beaucoup d’Ancien Régime, et 35.000 portraits et vues de sites français et européens rassemblés au XIXe s.

Créé au milieu du XIXe s., le fonds dauphinois contient toutes collections relatives à l’ancien Dauphiné (Isère, Drôme, Hautes-Alpes) par le sujet, l’auteur, l’éditeur ou l’imprimeur, du Moyen Age à nos jours. Il a connu un enrichissement continu par achats et dons, surtout en histoire et Belles-Lettres. Relevons : manuscrits de l’historien et généalogiste Guy Allard (fin XVIIe s.), des révolutionnaires Mounier et Barnave, de Stendhal (origine d’un remarquable fonds littéraire, régulièrement enrichi), correspondance du poète Henry Dérieux (1ère moitié XXe s.) ou poèmes de Suzanne Renaud, fonds du papier, plaques de verre de la Société dauphinoise d’amateurs photographes (fin XIXe s.), importante collection d’estampes et de dessins, dont le fonds d’atelier de l’artiste Diodore Rahoult… Dans les années 1980, le fonds dauphinois s’est recentré sur Grenoble et l’Isère (dossiers de presse jusqu’en 2009). On y trouve environ 100.000 imprimés, 12.000 manuscrits et lettres autographes, 50.000 pièces iconographiques (estampes, cartes et plans, cartes postales, affiches, photographies…), plus de 25.000 plaques de verre, 1.100 titres de périodiques…

La BM de Grenoble possède, en outre, un riche médaillier de près de 20.800 pièces et 900 médailles (monnaies grecques et romaines, féodales et royales, notamment locales…).

Elle contient également un fonds de bibliophilie contemporaine de plus de 800 volumes (Matisse, Marc Pessin…).

Signalement et mise en ligne

Selon les supports, le patrimoine de la BM de Grenoble est recensé soit dans son catalogue en ligne, soit dans le Sudoc ou le CCFr. Depuis 1990, la référence de tout document entrant dans les collections est informatisée.

Enfin, la bibliothèque numérique Pagella donne accès à des collections numérisées enrichies au quotidien : manuscrits médiévaux et de Stendhal, plaques de verre, cartes et plans, dessins et estampes...