Icon section
separator

Médiathèque de Tarentaize

Bibliothèque municipale de Saint-Etienne.

De la première bibliothèque municipale... à un réseau de sept médiathèques

L'histoire de la première bibliothèque municipale se confond avec celle de l'hôtel de ville puisqu'elle trouve sa place dans le nouveau bâtiment construit de 1822 à 1830 par le célèbre architecte-voyer de la ville Jean-Michel Dalgabio  Elle abrite le dépôt littéraire issu des confiscations révolutionnaires, confié à la municipalité en 1803. Jean-Antoine de La Tour Varan est le premier conservateur en poste de 1842 à 1865.
Aujourd'hui, la médiathèque municipale de Saint-Étienne est constituée en réseau : une centrale (Tarentaize), six médiathèques de proximité (Beaulieu, Carnot, La Cotonne, Solaure, Terrenoire, Tréfilerie) et deux bibliobus.
Le réseau des médiathèques municipales de Saint-Étienne est l'une des 54 bibliothèques municipales classées en France. Elle gère des fonds patrimoniaux appartenant à l’État, issus des saisies révolutionnaires des bibliothèques des différents ordres religieux présents dans la ville (Capucins, Minimes et Ursulines) et enrichis au fil de l'histoire par de nombreux dons, legs et dépôts et achats.

Les collections patrimoniales

Elles sont constituées par le fonds ancien, le fonds industriel moderne et le fonds forézien moderne.

Le fond ancien

  • Le fonds ancien imprimé
Il comprend actuellement 5500 documents, manuscrits et imprimés, d'intérêt local et national dont les plus anciens datent du 13e siècle.
170 titres du 16e siècle, 1000 titres du 17e siècle et 4000 du 18e siècle composent le fonds général des imprimés, ensemble des ouvrages d'art, de droit, d'histoire, de littérature et de médecine. Il convient de remarquer une Bible de 1519, le Théâtre d'Agriculture de Mesnage des Champs par Olivier de Serres, publié en 1600 ou encore l'édition de 1777 de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

Le fonds local des imprimés traite de l'ancienne province du Forez, l'occasion de partir à la rencontre des auteurs locaux Leonard Janier, Jean Papon, Antoine du Verdier, Jean Palerne ou encore la famille Chapelon. La Gazzette francoise de Marcellin Allard, datée de 1605 est le premier livre imprimé à Saint-Étienne. Certains auteurs régionaux acquièrent une célébrité nationale comme l'humaniste Jean Papire Masson, le Père La Chaise et l'abbé Terray. Le plus "médiatisé" reste Honoré d'Urfé pour son célèbre roman pastoral L'Astrée, dont la médiathèque possède l'édition complète illustrée de 1647 avec la signature autographe de Racine.  
  • Le fonds ancien manuscrit
La collection de 600 manuscrits comprend des actes, titres, mémoires, lettres, notes, plans et pièces diverses. Le manuscrit le plus ancien le Missel du Collège des Cholets datant du 13e siècle. Le Roman des Sept Sages de Rome du 14e siècle est la pièce la plus noble du fonds. 4 livres d'heures du 15e siècle ont appartenu à un peintre qui réalisait des dessins pour les rubaniers au 19e siècle. La chronique de Claude Beneyton constitue un témoignage rare et intéressant sur la vie dans la cité stéphanoise au 18e siècle.

  • Le fonds janséniste
Du nom donné à une doctrine théologique à l'origine d'un mouvement religieux puis politique et philosophique qui se développe en France au 17e et 18e siècles, plus particulièrement dans certaines provinces comme le Forez, il est riche de 1000 ouvrages. Ce fonds, qui provient du Collège des Oratoriens de Chambles (à 15 kilomètres de Saint-Étienne), a été légué en 1868 par l'abbé Buisson. Grands classiques théologiques et spirituels ainsi que diverses pièces de circonstance témoignent de la querelle janséniste dans le Forez. Parmi les œuvres les plus représentatives, les Nouvelles ecclésiastiques, périodique influent et l'Institution d'un Prince de Jacques-Joseph Duguet (1739).

  • Le fonds ancien d'histoire industrielle
Ce fonds rappelle l'histoire manufacturière et minière de la ville qui débute bien avant la période d'industrialisation du 19e siècle : 500 ouvrages, provenant pour l'essentiel de l’École des Mines de Moutiers puis de l’École des Mines de Saint-Étienne, créée le 2 août 1816, le composent. Il permet de découvrir l’œuvre des grands ingénieurs de l'époque, Ramelli, Huygnes, Lagrange, Lavoisier, Monge ou encore Berthollet. La pièce maîtresse est De Re Metallica par Georgius Agricola publié en 1556.  
    

Le fonds industriel moderne

70 000 documents provenant des bibliothèques de l’école des Mines, de la Société de l'Industrie minérale et de la Chambre de Commerce et d'Industrie, dont 7500 sont catalogués. Il couvre la période 19e-20e siècles.

Le fonds forézien moderne

Il s'est constitué progressivement à partir d'extractions d'autres fonds de la bibliothèque. Il comprend de nombreux documents anciens ou précieux (Catalogue Manufrance, périodiques Le Chasseur français ou Le cycliste, la revue de vélocipédie créée en 1886 par Paul de Vivie, l'apôtre du cyclotourisme en France). Deux collections de manuscrits sont consacrés à des stéphanois célèbres du 19e siècle : le compositeur Jules Massenet et le romancier et critique Jules Janin. Environ 33000 documents (monographies, cartes postales, journaux et revues, estampes et affiches) composent ce fonds d'histoire locale.

Acquistion, conservation et valorisation des collections patrimoniales

On relève peu d'acquisitions pour le fonds ancien, les plus nombreuses concernent le fonds forézien enrichi régulièrement. En effet, la bibliothèque acquiert systématiquement tous les documents concernant Saint-Étienne et ses environs mais aussi les documents sur des écrivains ou personnages en lien avec ce territoire, et à titre exceptionnel des documents patrimoniaux en lien avec l'histoire locale ou les collections patrimoniales déjà constituées.  
Ces différents fonds patrimoniaux requièrent une attention toute particulière pour assurer leur conservation (équipement, reliure, restauration, stockage sécurisé). Une réserve à la sécurité renforcée par un système d'extinction automatique accueille même le fonds ancien. Ces fonds patrimoniaux sont conservés sans limite de temps. Leur consultation n'est possible que sur place en salle Patrimoine.
Toutefois, la politique de médiation en direction des scolaires, publics en situation de handicap, etc, la politique d'animation (expositions, participation à diverses manifestations culturelles comme le Festival Curieux Voyageurs) ou encore le travail de numérisation dans lequel s'est engagée la médiathèque facilitent l'accès et la compréhension de ces documents remarquables.

Les collections semi-patrimoniales

Elles se situent entre les fonds courants en libre accès et les fonds de conservation définitive.
 Le fonds général encyclopédique est constitué des livres (littérature et histoire principalement) entrés à la bibliothèque municipale après 1850. Il est constitué d'achats et de dons extérieurs. On trouve dans ce fonds quelques ouvrages qui font l'objet d'un traitement particulier en raison de leur rareté et/ou de leur qualité : il s'agit principalement des livres précieux, des belles reliures ou encore de "curiosités".

Parmi les fonds thématiques, on doit signaler le fonds des bibliothèques populaires qui ont joué un rôle important dans l'histoire de l'éducation populaire, très nombreuses à Saint-Étienne. Romans et documentaires (19e, 20e siècles) constituaient pour l'essentiel ce fonds.

Enfin, et c'est l'une des particularités de la médiathèque de Saint-Étienne, le fonds Cinéma, qui ne cesse de s'enrichir. Il s'agit d'un fonds professionnel constitué par la Cinémathèque depuis son rattachement à la médiathèque de Tarentaize en 1992.