Le 13 août 1912 s’éteignait le compositeur Jules Massenet, né à Saint-Étienne en 1842. À cette occasion, la revue Musica publiait un numéro spécial consacré au maître de l’opéra français, illustré de photos souvent insolites. Ce sont ces dernières que nous vous proposons de découvrir.

Jules Massenet dans le parc d'Égreville en Seine-et-Marne

Auteur : Cliché Ruck. Photographies issues de la revue Musica, conservées par la Médiathèque de Saint-Étienne.
Jules Massenet assis sur une chaise en osier caressant un chien lui montant sur les genoux.<br>
Jules Massenet assis sur une chaise en osier caressant un chien lui montant sur les genoux.

 

Jules Massenet pianiste et compositeur

Auteur : Cliché Ruck. Photographies issues de la revue Musica, conservées par la Médiathèque de Saint-Étienne.
Jules Massenet jouant du piano.<br>
Jules Massenet jouant du piano.
Jules Massenet et le prince Albert de Monaco.
Jules Massenet et le prince Albert de Monaco.
Jules Massenet en compagnie d'interprètes et du librettiste Henri Cain.
Jules Massenet en compagnie d'interprètes et du librettiste Henri Cain.
Jules Massenet entre deux artistes après une répétition.<br>
Jules Massenet entre deux artistes après une répétition.
Jules Massenet s'adressant à un artiste pendant une répétition.<br>
Jules Massenet s'adressant à un artiste pendant une répétition.

 

Jules Massenet dans son salon rue Vaugirard

Auteur : Cliché Ruck. Photographies issues de la revue Musica, conservées par la Médiathèque de Saint-Étienne.

 

Autres portraits de Jules Massenet

Auteur : Cliché Ruck. Photographies issues de la revue Musica, conservées par la Médiathèque de Saint-Étienne.

 
 Ces photographies sont principalement issues de la revue Musica. Elles sont conservées au sein du fonds Massenet de la Médiathèque de Tarentaize de Saint-Étienne.

Jules Massenet, éléments biographiques

Compositeur français de la deuxième moitié du 19e siècle, Jules Massenet est l'auteur de 25 opéras dont Werther, Manon et Thaïs.
Initié au piano par sa mère, il intègre très jeune le Conservatoire de Paris. Son professeur de composition, Ambroise Thomas, devient par la suite son protecteur et accélère sa carrière. La progression de Massenet est rapide : après avoir obtenu deux premiers prix (piano et fugue), il remporte en 1863 le prestigieux Grand Prix de Rome avec sa cantate David Rizzio, puis séjourne à la villa Médicis où il a l’occasion de composer de nombreuses œuvres (Suite pour orchestre, Requiem). En 1867, il crée un premier opéra à Paris, La Grand’ Tante, puis connaît le succès avec la suite symphonique Pompéïa, l’oratorio Marie-Madeleine, et deux opéras (Don César de Bahan et Le roi de Lahore), ce qui lui vaudra d’être nommé professeur de composition au Conservatoire de Paris deux ans plus tard, fonction qu’il occupe jusqu’en 1896. On compte parmi ses élèves Reynaldo Hayn, Charles Koechlin, Gabriel Pierné, Florent Schmitt. Les opéras les plus appréciés de Massenet voient le jour dans la décennie 1880 : Manon, Hérodiade, Le Cid, Le Jongleur de Notre-Dame, Werther.
Le style très français de Massenet le rapproche de Charles Gounod, avec qui il a en commun un goût prononcé pour les sujets religieux et un sens naturel de la mélodie. Ces deux compositeurs ont une importance décisive pour l’évolution et le rayonnement de l’opéra français.
Jules Massenet meurt d'un cancer à l'âge de soixante-dix ans le 13 août 1912. Il est enterré à Égreville.

Le fonds Massenet

Ensemble de documents sonores, imprimés, graphiques et manuscrits concernant le compositeur Jules Massenet (1842 - 1912) né à Saint-Étienne. Ce fonds fait partie du fonds forézien. Les meilleures pièces de la collection sont le manuscrit d'Ariane, celui du Jongleur de Notre Dame, des brouillons de Bacchus, de Don Quichotte et d'Esclarmonde ainsi que des documents relatifs à l'entrée du compositeur à la Villa Médicis.



La Médiathèque de Tarentaize de Saint-Étienne

L'histoire de la première bibliothèque municipale se confond avec celle de l'hôtel de ville puisqu'elle trouve sa place dans le nouveau bâtiment construit de 1822 à 1830 par le célèbre architecte-voyer de la ville Jean-Michel Dalgabio.  Elle abrite le dépôt littéraire issu des confiscations révolutionnaires, confié à la municipalité en 1803. Jean-Antoine de La Tour Varan est le premier conservateur en poste de 1842 à 1865.

Aujourd'hui, la médiathèque municipale de Saint-Étienne est constituée en réseau : une centrale (Tarentaize), six médiathèques de proximité (Beaulieu, Carnot, La Cotonne, Solaure, Terrenoire, Tréfilerie) et deux bibliobus.

Le réseau des médiathèques municipales de Saint-Étienne est l'une des 54 bibliothèques municipales classées en France. Elle gère des fonds patrimoniaux appartenant à l’État, issus des saisies révolutionnaires des bibliothèques des différents ordres religieux présents dans la ville (Capucins, Minimes et Ursulines) et enrichis au fil de l'histoire par de nombreux dons, legs et dépôts et achats.


L'exposition virtuelle Jules Massenet, morceaux choisis

En 2008 la Médiathèque de Saint-Étienne a réalisé une exposition virtuelle dédiée à la figure de Jules Massenet intitulée Jules Massenet, morceaux choisis. Elle est à consulter sur le portail Lectura Plus :